Le sens de la souffrance en Dieu - Articles d'experts - CARF
Seleccionar página
M. Ramiro Pellitero Iglesias
11 Avr, 22

Articles d'experts

CARF Experts - Semaine Sainte - Le sens de la souffrance en Dieu. - Semaine Sainte - Don Ramiro Pellitero

Le sens de la souffrance en Dieu

Face à la violence brutale de la guerre d'aujourd'hui, il y aura ceux qui demanderont où est Dieu. Et nous, chrétiens, disons : ici, Dieu est là, il souffre avec nous et avec tous ceux qui souffrent, maintenant et jusqu'à la fin du monde.

Ce est ce que nous, chrétiens, revivons pendant la semaine sainte.. Dans une interview du Pape émérite Benoît XVI, publiée dans le "Osservatore RomanoLe sens de la souffrance en Dieu est mis en évidence.

Dieu qui souffre

L'homme moderne semble ne pas avoir besoin de se justifier devant Dieu, et ose même parfois demander à Dieu de se justifier face aux maux du monde. L'homme a perdu la sensibilité à ses propres péchés, se croit juste et ne ressent aucun besoin de salut. Ou du moins, il a le sentiment que Dieu ne peut pas laisser la majeure partie de l'humanité se perdre.

Mais d'autre part, on ressent le besoin de la miséricorde et de la douceur de Dieu. C'est ce qu'ont vécu Faustina Kowalska et Jean-Paul II, qui ont affirmé que le miséricorde est la seule chose qui soit vraiment efficace contre le mal. Dans la dureté d'un monde technicisé dans lequel les sentiments ne comptent plus pour rien", dit-il.note le pape Ratzinger, mais elle augmente l'attente d'un amour salvateur qui est donné gratuitement"..

C'est dans ce cadre que se pose la relation entre Dieu le Père et son Fils. Il n'est pas utile d'insister sur la justice dans un sens absolu ou cruel, avec l'argument selon lequel le Fils obéit au Père et, en obéissant, accepte les exigences cruelles de la justice.

Benoît XVI explique : "Lorsque le Fils au Jardin des Oliviers lutte contre la volonté du Père, il ne s'agit pas d'accepter une disposition cruelle de Dieu, mais d'entraîner l'humanité dans la volonté de Dieu". . Sur la relation entre les deux volontés du Père et du Fils, voir le livre de J. Ratzinger, Jésus de Nazareth, vol. 1, notamment le chapitre 6.

 

Experts CARF - Le sens de la souffrance en Dieu. - Semaine Sainte - Don Ramiro Pellitero
Le Christ en croix, une œuvre attribuée à Velázquez - 1631. Conservé au Museo del Prado

Le sens de la Croix

Mais alors, le pape émérite s'interroge, quel est le but de la croix ?

Et il répond de la manière suivante : prenons conscience de la quantité sale et énorme de mal, de violence et de mensonges, de haine, de cruauté et d'arrogance qui inondent le monde entier. La tradition de l'Ancien Testament espérait un amour infini capable de surmonter le mal et la souffrance du monde. Le Christ nous apporte, surtout dans sa souffrance, cet amour et cette victoire.. La question se pose de savoir si et dans quel sens cela implique une souffrance en Dieu le Père.

Dans son argumentation, Benoît XVI reproduit un texte d'Henri De Lubac. Il présente d'abord l'amour du Christ qui le conduit à souffrir pour nous : "Le Rédempteur est entré dans le monde par compassion pour la race humaine. Il a pris sur lui nos souffrances bien avant d'être crucifié ; en fait, avant même de s'abaisser à revêtir notre chair : s'il ne les avait pas expérimentées auparavant, il ne serait pas devenu une partie de notre vie humaine. Et quelle était cette souffrance qu'il a endurée auparavant pour nous ? C'était la passion de l'amour"..

Même si il ne s'agit pas seulement de la souffrance du Christle Fils de Dieu fait homme, que nous représentons dans les figures de la Carême et Pâques ; mais De Lubac s'interroge : "Mais le Père lui-même, le Dieu de l'univers, celui qui surabonde en longanimité, en patience, en miséricorde et en compassion, ne souffre-t-il pas lui aussi en un certain sens ?".

Il cite ici un passage biblique : "Le Seigneur ton Dieu a revêtu tes vêtements comme celui qui porte son enfant". (Deut. 1:31). "Dieu -De Lubac commente. Il prend sur lui nos vêtements comme le Fils de Dieu prend sur lui nos souffrances. Le Père lui-même n'est pas sans passions ! Si on fait appel à Lui, alors Il connaît la miséricorde et la compassion. Il ressent une souffrance d'amour"..

C'est alors que Benoît XVI intervient, évoquant des dévotions de son pays natal et des images de l'art chrétien.

"Dans certaines régions d'Allemagne, il y avait une dévotion très émouvante au Not Gottes ('le dénuement de Dieu'). Pour moi, elle évoque une image impressionnante qui représente le Père souffrant, qui, en tant que Père, participe intérieurement aux souffrances du Fils. Et l'image du "trône de la grâce" fait également partie de cette dévotion : le Le Père tient la croix et le crucifié, se penche avec amour sur lui et, d'autre part, est pour ainsi dire avec lui sur la croix. Ainsi, de manière grande et pure, nous pouvons voir ce que signifient la miséricorde de Dieu et la participation de Dieu à la souffrance de l'homme"..

Seul l'amour vainc le mal

Alors déduisez : "Il ne s'agit pas d'une justice cruelle, ni du fanatisme du Père, mais de la vérité et de la réalité de la création : du véritable et intime dépassement du mal qui, en dernière analyse, ne peut être atteint que dans la souffrance de l'amour"..

En effet, du trône de la grâce, qui est la Croix de Jésus, l'amour de Dieu descend, purifiant le mal que l'homme a déversé sur le monde au cours des siècles. Cet amour que le Père, avec le Fils, a manifesté par la souffrance de la croix et qui jaillit dans la miséricorde.

En l'année du miséricordeLe pape François a déjà expliqué la signification de la Semaine sainte.

"Si Dieu nous a montré son amour suprême dans la mort de Jésus, alors nous aussi, régénérés par l'Esprit Saint, nous pouvons et devons nous aimer les uns les autres".
Pape François

Semaine de Pâques

Le Jeudi saint, Jésus institue l'Eucharistiecomme un amour qui anticipe la Croix et se fait service, surtout pour les plus faibles.

"Le Vendredi saint est le point culminant de l'amour. La mort de Jésus, qui sur la croix s'abandonne au Père pour offrir le salut au monde entier, exprime l'amour donné jusqu'au bout, sans fin. Un amour qui cherche à embrasser tout le monde, sans exclure personne. Un amour qui s'étend à tous les temps et à tous les lieux : une source inépuisable de salut à laquelle chacun de nous, pécheurs, peut venir". (Audience générale, 23-III-206).

Tel est l'amour de Dieu le Père, du Fils et du Saint-Esprit qui sera donné à la Pentecôte à l'action de la grâce dans le monde.

conclut Francisco : "Si Dieu nous a montré son amour suprême dans la mort de Jésus, alors nous aussi, régénérés par l'Esprit Saint, nous pouvons et devons nous aimer les uns les autres".. Ensuite, Le samedi saint est le jour du silence de Dieu.en attendant l'amour pour les abandonnés.

En somme, et c'est ce que nous célébrons à Pâques, "tout est un grand mystère d'amour et de miséricorde". qui vient à notre rencontre pour nous conduire à la Résurrection. Un amour et une miséricorde qui peuvent nous changer, à condition que nous l'acceptions, tant dans la confession de nos péchés que dans l'exercice des œuvres de miséricorde..

M. Ramiro Pellitero Iglesias
Professeur de théologie pastorale
Faculté de théologie
Université de Navarre

 

Publié dans "Eglise et nouvelle évangélisation".

Les prêtres, le sourire de Dieu sur Terre

Mettez un visage sur votre don. Aidez-nous à former des prêtres diocésains et religieux.

Articles connexes