Sélectionner une page

Qu'est-ce qu'un prêtre ?

"Le prêtre est au service des hommes : il est le ministre de leur salut, de leur bonheur, de leur libération authentique", Benoît XVI.

Qu'est-ce et qui est un prêtre ?

"Dans l'Église et pour l'Église, les prêtres sont une représentation sacramentelle de Jésus-Christ, Tête et Pasteur", Saint Jean Paul II.

Quand un prêtre est formé et reçoit le sacrement de l'Ordre, il est prêt à prêter son corps et son esprit, c'est-à-dire tout son être, au Seigneur, en se servant de lui "surtout dans les moments où il accomplit le Sacrifice du Corps et du Sang du Christ lorsque, au nom de Dieu, dans la Confession sacramentelle, il remet les péchés.

L'administration de ces deux sacrements est tellement centrale dans la mission du prêtre que tout le reste doit tourner autour d'elle", Saint Josémaria. 

Quant à la mission du prêtre, "précisément parce qu'il appartient au Christ, le prêtre est radicalement au service des hommes : il est ministre de leur salut, de leur bonheur, de leur libération authentique".

Benoît XVI - AG 24/06/09

Mission d'un prêtre

"Ce sacerdoce est ministre. Cette fonction, que le Seigneur a confiée aux bergers de son peuple, est un véritable service" (CV II, LG, 24)".

C'est la raison de la dignité des prêtres, qui n'est pas personnelle mais ecclésiale. La dignité du mystère qu'ils accomplissent, chaque fois qu'ils transforment le pain et le vin en corps et en sang de notre Seigneur, est la raison de foi qui donne un sens à l'ensemble du christianisme.

Chez ces prêtres, nous admirons les vertus propres à tout chrétien et à tout honnête homme : la compréhension, la justice, une vie de travail (le travail sacerdotal en l'occurrence), la charité, l'éducation, la douceur dans les relations avec les autres.

Les fidèles chrétiens attendent que le caractère sacerdotal soit clairement souligné : que le prêtre prie ; qu'il administre les sacrements ; qu'il soit prêt à accueillir tous, quel que soit leur type ; qu'il mette de l'amour et de la dévotion dans la célébration des sacrements. Sainte Messe ; qui s'assoit dans le confessionnal, qui réconforte ceux qui patients et les affligés ; avoir des conseils et de la charité pour les nécessiteux ; donner la catéchèse ; prêcher la Parole de Dieu et non une autre sorte de science humaine qui, même si elle était parfaitement connue, ne serait pas la science qui sauve et conduit à la vie éternelle.

"Dieu est la seule richesse que les gens veulent finalement trouver chez un prêtre". Benoît XVI, Discours, 16-03-2009.

Quelle est son identité ?
Saint Josémaria demande : "Celle du Christ. Tous les chrétiens peuvent et doivent être non pas alter Christus, mais ipse Christus : d'autres Christs, le Christ lui-même ! Mais chez le prêtre, cela est donné immédiatement, de manière sacramentelle".

Saint Josémaria, Prêtre pour l'éternité, 13-04-1973.

 

"Notre identité a pour source ultime l'amour du Père (...) La vie et le ministère du prêtre sont une continuation de la vie et de l'action du Christ lui-même".

Saint Jean Paul II, Message, 02-11-1990.

 

Pourquoi le Christ a-t-il institué le ministère sacerdotal ?

Le ministère sacerdotal n'existe pas pour lui-même, mais pour "la formation de la communauté chrétienne, jusqu'à la rendre capable de rayonner la foi et l'amour dans la société civile". (Bienheureux Alvaro del Portillo - Ecrits sur le sacerdoce).

Puisque son identité est sacramentellement l'identité du Christ, la fidélité du prêtre correspond à la fidélité du Christ. D'où la nécessité de la sainteté du prêtre, non seulement pour l'efficacité objective des sacrements, mais aussi pour la plénitude future du service que, dans chaque ministère, il rend aux fidèles.

"Bien que leur différence soit essentielle et non seulement de degré, [le sacerdoce baptismal ou commun et le sacerdoce ministériel] sont ordonnés l'un à l'autre". (LG, 10).

"Le sacerdoce ministériel est né au Cénacle, avec l'Eucharistie, comme l'a si souvent souligné mon vénérable Jean-Paul II. Il a écrit dans sa dernière Lettre du Jeudi Saint (n. 1) : "L'existence sacerdotale doit posséder comme titre spécial une forme eucharistique". C'est précisément cette "forme eucharistique" de la vie du prêtre qui rend son état de célibat si heureusement approprié, car il justifie son engagement à appartenir à l'Église avec un amour sponsal, stimulant continuellement en lui la charité pastorale au service de toutes les âmes" (n. 2).

Benoît XVI - 2-04-2005.

Les prêtres, le sourire de Dieu sur Terre

Mettez un visage sur votre don. Aidez-nous à former des prêtres diocésains et religieux.