Le prêtre irakien Aram Pano : une vocation née de la guerre
Seleccionar página
Dott. Gerardo Ferrara
01 Mar, 21

Témoignages de prêtres

simon_muhangwa

Le prêtre irakien Aram Pano : une vocation née de la guerre

À la veille du voyage du pape François en Irak, CARF s'entretient avec Aram Pano, un prêtre irakien de 34 ans qui étudie actuellement la communication à l'Université pontificale de la Sainte-Croix à Rome. Aram est le prochain invité de la réunion de réflexion CARF qui se tiendra le jeudi 4 mars. Il a discerné l'appel du Seigneur à la prêtrise lors de la deuxième guerre du Golfe. Une vocation née dans la guerre.  

Aram Pano, le prêtre irakien qui sera le prochain invité des Réunion de réflexion CARF L'événement aura lieu le jeudi 4 mars et portera sur la situation sociale, culturelle et religieuse en Irak et sur les conséquences du voyage du Saint-Père pour le pays. 

"La visite du Saint-Père représente un grand défi à ceux qui veulent détruire le pays et montrera les vraies valeurs du christianisme, dans une nation qui rejette déjà les chrétiens, dans la perspective de la lettre encyclique "Frères et sœurs". Car c'est ce dont mon pays a besoin : la fraternité. Tous les chrétiens d'Irak espèrent donc que ce voyage fera la différence. À mon avis, au niveau social, au niveau des gens, beaucoup de choses vont changer, mais au niveau politique, en Irak, je ne pense pas que beaucoup de choses vont changer", dit-il.

L'araméen, la langue de Jésus

"Merci de m'avoir invité à parler à nos amis hispanophones !Shlama o shina o taibotha dmaria saria ild kolqui signifie en araméen "paix, tranquillité et la grâce de Dieu soit avec vous tous", salue Aram.

Incroyable ! C'est choquant d'entendre l'araméen, la langue de Jésus... Et surtout de savoir que c'est la langue commune de nombreuses personnes, après deux mille ans.

Oui, en fait, l'araméen, dans le dialecte syriaque oriental, est ma langue maternelle et la langue de tous les habitants de la région où je suis né, dans le nord de l'Irak, qui s'appelle Tel Skuf, ce qui signifie la colline de l'évêque. Il est situé à environ 30 km de Mossoul, l'ancienne ville de Ninive, dans le cœur chrétien du pays.

Tout son village est chrétien

 Donc tout le village où vous avez grandi est chrétien.

Oui, un chrétien catholique de rite chaldéen. La vie y est très simple : presque tous les habitants sont des paysans et vivent en cultivant leurs champs et en s'occupant de leur bétail. Les gens échangeaient les produits de la terre et chacun disposait de ce dont il avait besoin pour vivre. En outre, il y a la coutume d'offrir chaque année les premiers fruits de la récolte à l'Église pour soutenir les prêtres et pour qu'ils puissent eux aussi s'occuper des personnes les plus démunies.

Je me souviens que les maisons étaient assez grandes pour qu'une famille puisse y vivre... Et pour nous, la famille est une chose assez grande : enfants, pères, mères, grands-parents... Ils vivent tous ensemble dans ces maisons typiquement orientales, blanches et carrées, avec une cour au milieu, comme un jardin, et les pièces autour.

Une vie entre les guerres

Mais cette paix idyllique n'a duré que quelques années...

Eh bien, en fait, il n'a jamais existé, car lorsque je suis né, nous étions dans la dernière année de la guerre Iran-Irak, une guerre qui a duré huit ans et a fait plus d'un million et demi de morts. Mon père et trois de mes oncles ont combattu pendant le conflit et ce fut une période très difficile pour ma grand-mère et ma mère. Ils ont espéré et prié pour que leurs proches rentrent à la maison. Et c'est ce qu'ils ont fait, Dieu merci, mon père et ses frères sont revenus.

 Et en 1991, une autre guerre a éclaté.....

Nous ne sommes restés dans notre village que jusqu'en 1992, date de la fin de la première guerre du Golfe, entre l'Irak d'un côté et le Koweït et la coalition internationale de l'autre. Nous nous sommes rendus dans une grande ville du sud de l'Irak, Bassora, la troisième plus grande ville du pays après la capitale Bagdad et Mossoul. La plupart de ses habitants sont des musulmans chiites et il n'y a pas beaucoup de chrétiens. Je me souviens encore de l'eau salée, de la chaleur, des palmiers... Un paysage très différent de celui auquel j'étais habitué. Et le nombre de puits de pétrole et de raffineries partout... Mais les gens étaient et sont toujours très généreux et accueillants.

 

"La visite du Saint-Père représente un grand défi pour ceux qui veulent détruire le pays et montrera les vraies valeurs du christianisme".

Aram Pano dans une église en Irak.

Sur la photo, Aram Pano se tient dans la cour de l'église du Sacré-Cœur de Jésus à Tel Kaif, une ville chrétienne près de Mossoul, dans le nord de l'Irak. Il n'a pas été confronté à la persécution face à face, mais il a entendu de nombreuses histoires de souffrance.

"En 2004, deux nonnes travaillaient avec l'armée américaine à Basra. Un jour, alors qu'elles rentraient chez elles, un groupe islamique radical a tué les sœurs devant leur maison. Cela s'est répandu dans tout l'Irak et mon pays est devenu l'épicentre du terrorisme. En 2014, ISIS est venu et a détruit beaucoup de nos églises et de nos maisons. Il y a un plan pour détruire l'histoire des chrétiens dans mon pays comme ils l'ont fait en 1948 avec les juifs", dit-elle.

 

L'appel à servir le Seigneur

La ville de Bassora compte deux paroisses qui font partie de l'archiéparchie de Bassora et du Sud, avec 800 fidèles. En 1995, il a reçu sa première communion et c'est alors qu'il a ressenti l'appel à servir le Seigneur.

Et comment ça s'est passé ?

La paroisse était comme ma maison. J'aimais aller avec le groupe d'enfants pour jouer avec eux mais aussi pour la catéchèse - mais l'idée d'entrer au séminaire m'est apparue plus clairement lorsque j'étais au lycée.

 La troisième guerre de sa vie

Vous aviez seize ans lors de la troisième guerre de votre vie. Quels sont vos souvenirs du deuxième conflit du Golfe ?

C'était en 2003, une guerre d'invasion et occupation de l'Irak dirigée par les États-Unis. Elle a duré presque quatre mois et la dernière ville à tomber a été Basra, où je vivais. Je me souviens avoir vu des avions américains arriver et bombarder, et nous avions peur, car de nombreux bâtiments de l'État étaient proches de notre maison. Je me souviens qu'une nuit, je dormais et j'ai été réveillé par le bruit d'un missile frappant un bâtiment à environ 500 mètres de nous. Nous sommes sortis dans la rue, les gens couraient et les Américains lançaient leurs bombes sonores pour nous terroriser. C'est alors que j'ai entendu plus clairement l'appel du Seigneur.

 Se réfugier dans la paroisse

Il est émouvant de penser que, bien que la voix du Seigneur ne soit pas dans le bruit des missiles et des bombes sonores, elle se fait entendre, dans toute sa douceur, au milieu de cette horreur. 

C'est exact. Et d'ailleurs, si nous n'avions pas subi la terreur des bombardements, mon père n'aurait pas demandé un abri à l'évêque : l'église était très proche de notre lieu de résidence, mais là, Dans la maison du Seigneur, nous nous sentions plus en sécurité. Mon père a donc commencé à servir dans la cuisine pour rendre un peu la générosité avec laquelle nous étions accueillis. Quant à moi, j'ai appris à servir à l'autel avec le prêtre. À la fin de la guerre, notre évêque m'a choisi pour aller avec lui dans un village appelé Misan.J'ai été encouragé à prendre ma décision par ce que j'ai vécu là-bas, à quelque 170 km au nord-est de Bassora.

Fidèles, à genoux, pleurant, priant, implorant 

 Voulez-vous nous dire ce qui vous est arrivé ?

Lorsque l'évêque m'a demandé de l'accompagner à Misan pour sa mission pastorale, ma famille a d'abord dit non, elle ne voulait pas. Mais je me sentais très déterminé à y aller et je l'ai fait. Lorsque nous sommes arrivés, j'ai été surpris de voir les fidèles entrer dans l'église à genoux et sans chaussures. Ils se sont agenouillés devant l'autel, devant l'icône de la Vierge Marie, pleurant, priant, implorant.

Ensuite, lorsque la messe a commencé, officiée par l'évêque selon notre rite chaldéen, j'ai remarqué que les fidèles ne connaissaient même pas les prières ni quand s'asseoir ou se lever. Cela m'a beaucoup impressionné et j'ai pensé qu'ils étaient comme des moutons sans berger. J'ai immédiatement regardé l'évêque qui était plus âgé et la pensée m'a traversé l'esprit de savoir qui pourrait le remplacer et aider tant de familles.

Ordonné prêtre en 2011 

Il est impressionnant de voir comment Jésus est déplacé devant les foules qui sont comme des moutons sans berger. 

Précisément ! C'est donc avec cette pensée que j'ai poursuivi mes études à l'école de l'Institut professionnel et, en 2005, je suis entré au séminaire de Bagdad, la capitale de l'Irak. J'y ai étudié la philosophie et la théologie pendant 6 ans et j'ai obtenu mon diplôme en juin 2011. Le 9 septembre 2011, j'ai été ordonné prêtre.

"En Irak, il existe un plan visant à détruire l'histoire des chrétiens dans notre pays". 

Aram Pano, un prêtre irakien, étudie la communication institutionnelle.

Après presque 10 ans de prêtrise, Aram Pano, envoyé par son évêque, étudie la communication institutionnelle à Rome à l'Université pontificale de la Sainte-Croix "parce que le monde a besoin que chacun de nous contribue à l'évangélisation. Et surtout à notre époque, pour annoncer l'Évangile, il est nécessaire de connaître la culture numérique et de communication. J'ai un grand espoir pour l'avenir : nous pouvons tous travailler ensemble pour diffuser notre foi par tous les canaux possibles, tout en préservant notre identité et notre originalité", dit-il.

Une poursuite après l'autre

Aram rappelle aux chrétiens de l'Ouest de ne pas oublier leurs frères et sœurs de l'Ouest qui souffrent de persécution dans des pays comme le vôtreIrak, où elle a connu un conflit après l'autre. Après la dernière guerre, la vie sociale en Irak a beaucoup changé.

"Il y a eu une marchandisation de l'homme. Dans le pays où est née la civilisation, où l'homme a construit les premières villes, où est né le premier code juridique de l'histoire, tout semble s'être terminé par la destruction : le plus fort tue le plus faible, la corruption gangrène la société et les chrétiens sont persécutés depuis 1 400 ans".

"Avant 2003, il y avait 1,5 million de chrétiens et aujourd'hui il y en a 250 000. La persécution ne concerne pas seulement la survie physique : elle s'étend au niveau social et politique, aux opportunités d'emploi et même au droit à l'éducation", dit-il.

Aram Pano avec ses amis et sa famille. Aram Pano avec ses amis et sa famille.

 Sur la visite du Pape François

Quels sont les problèmes en Irak aujourd'hui et que signifie la visite du pape ?

Le manque d'honnêteté et de volonté de reconstruire le pays signifie que les musulmans ont fait sécession, le gouvernement pense plus à être loyal envers les pays voisins qu'au bien-être de ses citoyens... Et tout cela aux yeux des États-Unis. Il n'y a pas un seul problème mais de nombreux problèmes compliqués.

Je crois que la politique, le service au citoyen, n'existe plus, car elle est entre les mains d'autres personnes extérieures à l'Irak. Cependant, le fruit du travail de Dieu n'est pas à notre portée et nous prions pour qu'à travers ce voyage, la paix, l'amour du Christ et l'unité soient proclamés à un peuple qui ne peut plus le supporter.

De profondes racines chrétiennes 

Un peuple, en outre, où le christianisme a laissé de profondes racines, notamment l'Église chaldéenne.

Bien sûr ! En fait, le christianisme est arrivé en Irak avec les apôtres Saint Thomas et Barthélemy et leurs disciples Thaddai (Addai) d'Edessa et de Mari au 2ème siècle : ils ont fondé la première Église en Mésopotamie et, grâce à leur travail missionnaire, ont atteint l'Inde et la Chine. Notre liturgie s'inspire de la plus ancienne anaphore eucharistique chrétienne, connue sous le nom d'Anaphore d'Addai et de Mari. L'Église de cette époque se trouvait au sein de l'Empire perse, avec sa propre liturgie orientale, sa propre architecture et une façon de prier très similaire à la liturgie juive.

La théologie de notre Église orientale est spirituelle et symbolique. Il existe de nombreux pères et martyrs très importants, par exemple, Mar (Saint) Ephrem, Mar Narsei, Mar Theodore, Mar Abrahim de Kashkar, Mar Elijah al-Hiri, etc.

Église catholique chaldéenne, en communion avec le pape 

L'Église catholique chaldéenne, qui est en communion avec Rome, est née d'un schisme au sein de l'Église babylonienne, en raison d'une rivalité entre patriarches, notamment parce qu'un courant souhaitait s'unir à Rome.

Notre tradition, cependant, est typiquement orientale et profondément enracinée dans le pays, où l'on trouve partout des traces de la présence chrétienne millénaire, avec des sanctuaires, des monastères, des églises et des traditions très anciennes.

J'espère que mon séjour à Rome me permettra de travailler à la préservation de cette identité et de cette riche et longue histoire, en utilisant également les outils et les moyens que la modernité nous permet d'avoir aujourd'hui.

Aram Pano à Rome. Aram Pano à Rome.

25 ans de la faculté de communication de Sainte-Croix

Cette interview fait partie de la rapports pour célébrer le 25e anniversaire de la Faculté de communication de l'Université pontificale de la Sainte-Croix.

Au cours de toutes ces années, des centaines d'étudiants du monde entier, de langues, d'identités, d'histoires, de problèmes différents... se sont croisés à la Faculté.

C'est une faculté de communication où nous apprenons que dans cette Babel qu'est notre monde, les barrières et les murs peuvent être renversés, comme nous le dit le pape François, et que nous pouvons vraiment être frères et sœurs.

CARF - Fondation Centro Academico Romano est très impliqué dans cette tâche, attribution de bourses d'études aux étudiants - prêtres, laïcs, religieux, séminaristes - de tous les continents, sans distinction, et en leur permettant d'utiliser tous les outils les plus modernes grâce au financement des activités théoriques et pratiques menées à l'Université pontificale de la Sainte-Croix, afin qu'ils puissent ensuite retourner dans leurs pays et y planter les graines qu'ils ont reçues à Rome, favorisant ainsi la croissance de fruits de paix, de formation de haut niveau, d'unité et de capacité à mieux se comprendre, non seulement entre chrétiens, mais avec des personnes de toute religion et identité.

 

Gerardo Ferrara
Diplômé en histoire et en sciences politiques, spécialisé dans le Moyen-Orient.
Responsable du corps étudiant
Université de la Sainte-Croix à Rome

Les prêtres, le sourire de Dieu sur Terre

Mettez un visage sur votre don. Aidez-nous à former des prêtres diocésains et religieux.

Articles connexes